Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques d'Etoile

Espen Askeladden

Pour certains d’entre vous, il est évident que la fantaisie et moi ne font qu’un. Et si vous ne me connaissez pas encore, et bien il n’est jamais trop tard pour connaître mes goûts et mon univers. Je suis énormément fan de fantaisie en tout genre et j’ai aussi un attrait pour l’humour dans sa grande majorité de formes. Et la série de films, réalisés par Mikkel Braenne Sandemose, que je vais vous présenter ici représente assez bien ce que j’aime dans la vie. Soyons un peu plus précis, nous voici dans un univers médiéval fantaisie avec un conte norvégien populaire : Espen Askeladden.

Espen Askeladden

Les contes peuvent sauver des vies - Synopsis

 

Espen est un jeune homme vivant avec ses deux grands frères et son père dans un petit coin de campagne. Pauvres, ils sont tous obligés de trouver un travail afin d’avoir le nécessaire pour leur vie. Rêveur dans l’âme, Espen est considéré comme un moins que rien et peut amener de la maladresse partout où il passe. Et dans la première aventure, ce jeune homme, seul à garder leur maison, n’avait pas fais gaffe à un début d’incendie qui s’avère fatal pour ce lieu de vie. Entre temps, la princesse de Norvège, Kristin, aventurière dans l’âme, est portée disparue du royaume. Probablement pour fuir le mariage arrangé organisé par son père, le roi de Norvège. Mais ce dernier promet à celui qui la retrouve le droit de l’épouser. Revenons en campagne, tristes de la perte d’un toit, les garçons reçoivent des passants à la recherche de la princesse. Et c’est ainsi qu’Espen comprend qu’il peut y avoir une récompense pour ramener cette dernière au château. Pourquoi pas proposer son aide au roi en échange de la reconstruction de leur maison. Les trois frères commencent alors une aventure pas comme les autres. Là où mythes et légendes sont à travers la faune et la flore.

Dans la deuxième aventure, on retrouve les mêmes personnages. Que s’est-il passé dans le premier film ? Ahh ça, je vous laisse découvrir par vous-même. Je disais, on retrouve donc bien Espen et ses frères, ainsi que la princesse Kristin pour son anniversaire. Les garçons, toujours pauvres au passage, sont invités au royaume pour la fête, malgré leurs différents milieux sociaux. Différence qui se fait ressentir auprès des autres invités. Lors du discours du roi, ce dernier se mit à s’écrouler au sol après avoir bu dans son verre. Il est suivit de la reine. Un drame pour la jeune princesse qui elle, forte heureusement, n’avait pas bu dans son verre. Les invités accusent les deux grands frères d’Espen sans raison valable, et demandent la mise à mort. Sous le choc mais toujours consciente, Kristin les enferme dans le cachot en attendant plus de détails. Le roi et la reine ne sont pas morts pour autant, ils sont endormis. Malheureusement, il n’existe pas de remède contre le poison utilisé. Rejoint plus tard par Espen, la princesse Kristin écoute sa requête. Il existe, selon ce passionné de légendes, une eau si pure qui pourrait guérir maladies et poisons sans exception. Cependant, cet eau serait dans le château doré de Soria Moria, un château dont on ne connaît pas l’exactitude de son emplacement. Connaissant bien ce rêveur, la princesse lui donne sa confiance total. C’est alors qu’ils se missent à l’aventure, à la recherche de cet endroit mythologique.

Une bonne adaptation d’un conte norvégien - Informations

 

Avant toute chose, je tiens à vous dire qu’il est difficile de mettre un bon nom pour cette série de films car il varie selon la langue. En français, nous avons Espen – le gardien de la prophétie et Espen 2 (oui on ne s’est pas fait chier pour le deuxième film), quant au héro, le nom qui revient souvent est Espen seulement (Askeladd étant ici rarement mentionné). En anglais, on passe pour The Ash Lad : In the Hall of the Mountain et The Ash Lad : In Search of the Golden Castle. Pour le coup, le héro s’appelle Espen Ash Lad. Phonétiquement proche de Askeladd, nous sommes aussi assez proche du sens original (« cendre » pour « ash »). Mais en norvégien, nous avons Askeladden - I Dovregubbens hall (Dans la salle des Docrebbens) et Askeladden - I Soria Moria slott (Dans le château de Soria Moria) avec comme héro Espen Askeladd. Et du coup, que veut dire Askeladden ? Et bien, on traduit ce mot par « le garçon des cendres » dans la langue nordique. Les origines de ce personnage sont multiples et variées mais cette saga le représente très bien dans les moindres détails, alliant une bonne majorité de contes populaires. Le héro, rêveur avec un esprit ailleurs, reste toujours le plus petit et le moins talentueux des trois frères de la famille. Mais pas spécialement le moins talentueux sur toutes les lignes finalement. Sans ambiguïté, je préfère choisir le nom complet de la légende pour représenter au mieux la saga.

Espen Askeladden
Espen AskeladdenEspen Askeladden

Une magnifique aventure aux mille découvertes – Mon avis

 

Je viens de voir le deuxième film il y a quelques jours et j’ai adoré autant que le premier. Cela fait bien trop longtemps pour me souvenir de quelques scènes dans le premier volet, mais je sais que cela reste dans la même lignée avec sa suite.

L’humour est présent comme à son habitude. Il est assez facile et enfantin mais bien au rendez-vous et toujours efficace. Selon moi, tout le monde peut apprécier ces scènes rigodrôles et pas uniquement les enfants. Entre le bourgeois qui ne veut pas se salir les chaussures en campagne, les bottes qui font parcourir sept pas en un (enfin si on y arrive), le nez coincé de la vieille dame qui fait office de running gag entre les deux films, il y a de quoi sourire voir tout à fait exploser de rire dans cette fantaisie. Oh et je ne cache pas mon préféré : le roi qui donne un sacré coup de poing en pleine gueule du méchant. Je ne m’y attendais pas et je trouve ça badass. L’humour absurde est bien présent dans ces œuvres. On apprécie ou pas. Mais il n’y a pas que cela qui accroche notre attention.

Comme dans tous films d’aventure et de fantaisie, nous avons sûrement des découvertes à en faire rêver plus d’un. En ce qu’il concerne le premier Espen, je vous laisse découvrir par vous-même les magnifiques paysages (enfin, c’est surtout que je ne me souviens plus de toutes les scènes). Et sans trop vous dévoiler l’entièreté des passages, voici mes moments favoris du second film. La vieille dame étant revenu dans l’aventure, j’ai eu un bon moment de retrouvaille avec cette étrange créature et son chez-soi dans la forêt à s’y perdre. C’est à se demander si ce personnage est une sorcière au vu du décors dans sa maison. Mais à aucun moment cela est annoncé. À l’intérieur d’une grotte lugubre, on y trouve une cascade bleutée avec un monstre de l’eau violoniste. Prenez garde car il s’agit d’un violon qui hypnose quiconque écoutant ses notes. Et pour sortir de cet endroit, ce violon permet aussi d’éclairer les diamants posés aux quatre coins de la grotte. De quoi émerveiller nos yeux.

Espen Askeladden
Espen AskeladdenEspen Askeladden

Si on reste dans un cliché d’héroïc-fantaisie pour l’ambiance de la saga, en ce qu’il concerne le scénario, tout dépend des personnages. Espen ressemble aux héros dans les débuts d’histoires. La caricature même d’un bon-à-rien, simplet, maladroit et rêveur pour commencer. Mais par contre, il le reste tout au long des films. Ce qui sauve les personnages de leurs situations compliquées est que, comme je l’ai dit, Espen est rêveur. Il connaît énormément d’histoires « fictives », de contes, qui s’avèrent finalement réels. C’est son plus gros atout dans ces voyages. Ce n’est finalement pas un bon-à-rien dans son propre univers.

La princesse Kristin, quant à elle, sort complètement du cliché. Elle est très aventurière, et a du savoir faire. Malgré le mariage imposé par son père dans le premier volet, Kristin ne se soumet pas et défend ses droits. Or de question pour elle de se marier avec un inconnu. Et si on continue dans cette image de femme forte et intéressante, nous avons Kristin qui reste amie avec Espen durant les deux voyages. Et si un couple il y aura entre eux, ce moment d’adaptation est important afin d’éviter un cliché encore une fois. Pas de princesse qui tombe amoureuse de son sauveur et l’embrasse dès le premier jour de rencontre. Kristin reste fidèle à elle-même : débrouillarde, non-soumise.

Je ne pense qu’il y aurait une suite à la saga Espen Askeladden. Les films se suffisent à eux seuls. Si vous êtes fans d’aventure, de fantaisie et de films familiaux, foncez voir Espen Askeladden. Et surtout parmi ceux qui adorent Stardust, vous allez retrouver un ambiance particulièrement ressemblante, en un peu plus enfantin peut-être.

Un garçon aimant les histoires, une princesse aventurière, laissons le temps à ces jeunes de se découvrir d’eux-mêmes, comme dans la vraie vie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article